La vérité sur l’hypnose : interview de Jérémy Royaux

L’hypnose, c’est la technique à la mode dans le monde du développement personnel : on pense pouvoir tout faire si on maîtrise cet outil. De la simple suggestion, au contrôle complet, l’hypnose a réussi à s’entourer d’une part de mystère où il est souvent difficile de démêler le vrai du faux.

En effet, connaissant surtout l’hypnose de spectacle de part mes amis magiciens, je n’avais pas forcément une bonne opinion de cette technique quand elle devenait un outil de manipulation pour les moins vertueux d’entres nous.

 

Mais je dois avouer que depuis que je connais Jérémy Royaux, mon avis a évolué sur la question.

Jérémy est diplômé en psychologie clinique, spécialiste en hypnose et membre de l’Observatoire de Zététique. Autant vous dire qu’il ne s’appuie que sur des faits scientifiques prouvés et avérés, et il allait m’aider à faire la part des choses sur ce qu’est l’hypnose, et sur ce qu’on croit pouvoir faire avec.

J’ai donc demandé à Jérémy de nous expliquer cela, en plus d’autres sujets intéressants. Nous aurons donc 3 vidéos : la première, ci-dessous, où nous parlerons de l’hypnose.

La seconde, à paraître la semaine prochaine, traitera des TCC : les Thérapies Comportementales Cognitives.

Et dans deux semaines, la troisième traitera de ce qu’est la Zététique, et à quoi cela sert-il.

 

La vérité sur l’hypnose

 

 

Dans cette vidéo, vous verrez :

 

– A quoi sert vraiment l’hypnose

– La vérité scientifique sur ce que permet cette technique

– Que l’hypnose est un outil mais pas une solution thérapeutique à elle seule

– Ce que permet et ne permet pas l’hypnose, et l’explication de certaines idées reçues

– Que l’hypnose n’est pas un outil de manipulation « magique »

– Un exercice d’auto-hypnose pour vous aider à vous relaxer.

 

Qui est Jérémy Royaux ?

Jérémy Royaux

Jérémy Royaux

Diplomé en psychologie, Hypnothérapeute, Zététicien.

Diplômé en psychologie clinique, Jérémy Royaux exerce en Belgique l’activité de thérapeute. Il utilise pour cela l’hypnose, mais aussi les TCC (Thérapie Comportemental Cognitive) et fait partie de l’Observatoire de Zététique, qui oeuvre pour une démarche, un scepticisme et un esprit critique scientifique

Suite à une licence en sciences humaines, je me suis intéressé à la communication non-verbale. C’est à la suite de quelques erreurs de parcours que j’ai pu voir à quel point la communication était peu vulgarisée et qu’il était facile de faire la promotion de pseudosciences dans les médias. Plutôt autodidacte, j’aime écrire, faire des vidéos et des conférences.
Mon profil Google+
9 réponses
  1. Gilles
    Gilles dit :

    Encore une fois Merci Xavier pour tout ce que tu mets à notre disposition pour avancer dans une meilleure connaissance de nous même et des autres, le bute étant d’être en lien heureux (n’ayons pas peur des mots) avec chacun de nous.
    J’accueille avec beaucoup d’enthousiasme la démystification de l’hypnose que nous a présenté Jérémy, la confortation qu’il en fait d’une démarche rationnelle, tant dans la recherche, l’analyse et la pratique comme outil de communication interpersonnelle.
    Tu me prouve une fois de plus que mon accord voire mon adhésion à ta démarche est réelle. Et bien que cela me renvoie à une sorte de frustration de ne pas être capable de passer à l’acte de ce que je sais de façon « infuse », j’apprends à être patient avec moi-même, même si le temps passe et n’attend pas, çà vient !
    J’attends la suite avec…patience donc. Merci encore.
    Gilles

    Répondre
  2. Gilles
    Gilles dit :

    Remarque dans mes mots écrits: le « bute » au lieu du « but », comme s’il y avait une butée dont je ne connais pas encore la nature! Il y a vraiment encore du travail !

    Répondre
  3. Jean-Baptiste Immers
    Jean-Baptiste Immers dit :

    En préambule à mon commentaire, j’aimerais souligner le fait que je trouve la démarche de Jérémy très appréciable dans la mesure où il essaye de s’appuyer sur les connaissances issues de la psychologie scientifique dans ses thérapies. Il essaye également de démystifier la pratique de l’hypnose ce qui est un effort supplémentaire à mettre à son actif.

    Ces bases étant posées, j’aimerais mettre en avant 2 idées qui me semblent importantes à développer :

    -Le premier point est purement formel mais important à mes yeux. Jérémy est présenté comme étant diplômé en psychologie clinique. Ceci est factuellement vrai mais, présenté de la sorte, cela laisse penser au public qu’il est psychologue. Son cursus (3 ans) ne lui donne pas le droit de revendiquer (et il ne le fait d’ailleurs pas) un tel titre (qui nécessite 5 ans d’études). Cette précision peut sembler mesquine mais elle est pourtant importante dans un milieu où tout le monde se dit psy sans que les patients ne sachent à quelle formation cela renvoie selon les individus. Dans le cas de Jérémy, il semble évident qu’il propose des pratiques thérapeutiques de qualité même si sa formation initiale n’était pas la plus complète. Malheureusement pour des personnes ayant la même formation, le risque est grand de ne pas continuer à enrichir ses connaissances. Le niveau minimum de qualité offert par un assistant en psychologie (3 ans d’études) n’étant a priori pas le même que le niveau offert par un psychologue (5 ans d’études), il est important de rester clair sur les diplômes de chacun.

    -Ma deuxième observation porte plutôt sur le fond. J’ai eu l’occasion d’assister à une séance de formation en hypnose « offerte » par l’Association Française de Nouvelle Hypnose (AFNH) dans le cadre l’ouverture de leur formation à Bruxelles. Les intervenants étaient Evelyne Josse et Olivier Perrot (intervenant principal). Leur but était évidemment de faire la promotion de l’hypnose éricksonienne. Le niveau de cette journée était assez faible. Les informations données sur l’hypnose n’étaient jamais issues d’études scientifiques, il fallait les croire sur paroles ; leur « expérience » professionnelle faisant foi. Quand on connait les limites fortes de ce type de raisonnement, cela laisse sans voix. Une étude scientifique fût mise en avant pour justifier un argument selon lequel toutes les thérapies se valent. Problème, lorsque j’ai demandé des précisions sur cette étude, il a été incapable de me donner des informations complémentaires me disant qu’il ne l’avait lui-même pas encore lue. Après recoupement (ceci restant hypothétique), il semblerait qu’il s’agisse de l’étude de l’INSERM réalisée en 2004 et portant sur les différentes psychothérapies. Les conclusions de celle-ci sont évidemment radicalement différentes de celles présentées par le formateur en hypnose.

    D’après les affirmations de monsieur Perrot et celles de Jérémy Royaux, l’hypnose serait en fin de compte une sorte de méthode proche de la méditation ou de la relaxation. Sachant que les TCC proposent des outils similaires (Mindfulness ou l’ACT), pourquoi ne pas utiliser ces pratiques qui ont le mérite de ne pas avoir de connotation mystique ? Serait-il possible d’envisager une hypnose qui dirait clairement son objet, qui se distancierait clairement des pratiques douteuses, qui arrêterait de faire croire à un effet magique (le terme d’hypno-sédation étant par exemple propre à faire croire qu’on se passe de toute anesthésie) qui définirait de façon claire son domaine d’action ?

    Pour terminer, j’aimerais préciser que si tous les psychothérapeutes (ce qui inclut les psychologues cliniciens formés en 5 ans) appliquaient la démarche scientifique comme le fait Jérémy, le monde de la santé mentale se porterait bien mieux. Ce serait en effet hautement profitable aux patients qui doivent actuellement faire face à monde opaque dans lequel il est bien difficile de faire la distinction entre ce qui sérieux et ce qui ne l’est pas.

    Répondre
  4. Jérémy Royaux
    Jérémy Royaux dit :

    1) mon CV est clairement indiqué un peu partout sur internet. Nous avons décidé de ne pas utiliser le terme assistant en psycho car personne ne sait ce que ça veut dire à part certains belges (et c’est pas avec 20 minutes de vidéo qu’on a le temps de l’expliquer). Cela dit, ni le bac +3 ni le bac +5 ne prépare à faire de la thérapie, on apprend casi rien par rapport à la conduite des entretiens dans ces formations, je pense donc que le master en psycho c’est bien pour faire de la recherche ou un truc plus théorique, mais pour la thérapie, cela n’apporte pas la moindre chose de plus que le bac +3.

    2) concernant les formations en hypnose, aucune n’est scientifique en Belgique. Celle que j’ai suivi est la meilleure à mon humble avis car la seule qui est limitée aux professionnels et qui ne fait pas dans le marketing, ce qui est malheureusement assez dur à trouver.

    concernant l’hypnose, c’est quand même différent du mindfullness … L’hypnose est très individualisée et est une sorte de discours assez élaboré tout au long de la séance. Le mindfullness est beaucoup plus simple et basé plus sur le corps, la respiration…

    il y a des techniques utiles dans l’hypnose qu’on ne trouve pas en mindfullness, par exemple les protocoles de traitement de trauma qui sont très efficaces (et qui sont casi identiques à ce qu’on fait en TCC avec l’imagerie guidée). Alors pq utiliser l’hypnose et pas juste les TCCs? La réponse est en grande partie que l’hypnose est très connue, les TCCs ne le sont pas, et les praticiens TCCs sont peu nombreux en Belgique, le public a donc besoin d’aller voir ailleurs (hypnose ou EMDR)

    Dans le meilleur des mondes, voici ce qui pourrait se passer :

    on oublierait le mot hypnose
    on parlerait par exemple de relaxation avec imagerie guidée à la place
    on intégrerait toutes les techniques utiles de l’hypnose, du mindfullness, de la sophrologie etc dans ce même outil …

    après on est pas dans un monde idéal, et chacun veut faire son fric, son marketing, etc…
    Les hypnothérapeutes sont très opposés à ce qu’on laisse tomber le coté magique de l’hypnose complètement, y compris en changeant de terminologie… Eux même sont souvent au moins un peu croyant dans un pouvoir magique de l’inconscient alors que moi je ne prend cela que comme une métaphore et rien de plus….

    Cordialement,

    Répondre
  5. Jérémy Royaux
    Jérémy Royaux dit :

    Concernant Evelyn Josse, elle a produit des choses assez intéressante, je pense que c’est une bonne formatrice. Malheureusement, elle fait aussi la promotion de l’EFT… 🙁

    Olivier Perrot je ne sais pas ce qu’il vaut comme formateur et thérapeute mais il oeuvre activement a plus d’encadrement de la profession et défend des principes de qualité assez élevés.

    Actuellement en Belgique on a :

    Espace du possible : un peu marketing, ouvert à tous, mais excellents formateurs
    Thierry Melchior (ancien Institut Milton Erickson de Belgique) : pas de marketing, excellent formateurs, la formation la moins chère et la meilleure également selon moi
    Institut de Nouvelle Hypnose : très marketing, très cher, bons formateurs mais bon…. marketing a fond 🙁 ils forcent même les élèves à payer des ateliers pendant les formations… Un comble vu le prix demandé :p
    Rhapsody : formation en hypnose + PNL… Pour ceux qui aiment la pnl , pq pas… pour les autres, à éviter, vu que c’est de la PNL ^^’

    il y a encore une autre formation, de Gerald Brassine je pense, j’ai oublié son nom, on en entend pas parlé et je ne la connais pas du tout

    Répondre
  6. Gilles
    Gilles dit :

    Je ne peux pas résister à réintervenir, non pour ajouter aux doctes précisions qui précèdent, mais pour redire à Xavier que j’adhère à sa démarche de mettre sur la scène, les protagonistes dont l’intention n’est autre que de nous permettre de mieux nous comprendre, de mieux nous « saisir nous mêmes » (tous et chacun bien sûr, souffrants conscients ou inconscients) par notre communication, quelque soient les applications que nos petits cerveaux, soient-ils et fussent-ils ceux de nos génies, nous permettent d’utiliser à cette fin.
    En associant vos mots, je les conforterais en disant qu’on n’ est certes pas dans un « monde idéal », mais qu’il n’appartient qu’à nous de le rendre meilleur et « profitable » à la majorité d’entre nous !
    Encore merci Xavier.

    Répondre
  7. Jean-Baptiste Immers
    Jean-Baptiste Immers dit :

    Merci pour ta réponse Jérémy.

    En ce qui concerne ton point de vue sur la différence entre le Bac en psycho clinique et le master en psycho clinique, je suis partiellement d’accord avec toi. De fait, le master en psychologie clinique (pour l’avoir fait) apporte assez peu d’outils pratiques supplémentaires par rapport au Bac (en psycho). Ceci dit, la bagage théorique est bien plus étendu notamment en ce qui concerne la psychologie générale, la psychopathologie et les différentes approches thérapeutiques.
    Je me permets de faire une analogie. Les médecins et les infirmiers sont dans une situation similaire. La différence fondamentale entre eux est que les premiers ont une connaissance théorique bien supérieure aux deuxièmes. Ces derniers seraient pourtant dans la plupart des cas en capacité (si on leur donnait l’autorisation de le faire) de proposer des traitements adéquats aux patients. Pourtant, il ne viendrait à l’idée de personne de leur donner les mêmes prérogatives que les médecins.
    Ceci étant dit, il est évident encore une fois qu’il est possible pour les personnes moins formées théoriques d’acquérir ces connaissances par leurs propres moyens. Le problème réside dans le fait qu’il n’y a personne qui contrôle cela.
    Je tiens aussi à préciser que j’ai le sentiment que tu as continué à te former et que, de fait, ta pratique est sans doute plus valable que celles de nombreux psychologues cliniciens (formés à la psychanalyse). Tu mérites du respect et de la reconnaissance pour cela. Je ne pense juste pas que tu sois représentatif de la majorité des assistants psychologues (Pour en connaître quelques uns) ce qui explique mon intervention. Par ailleurs, sache que je critique aussi assez durement les manque sérieux qui existent dans la formation des masters en psychologie clinique.

    En ce qui concerne, Olivier Perrot, il est vrai que mon impression repose sur une journée au cours de laquelle il essayait de « vendre » sa formation. Elle n’est peut être pas représentative de sa manière habituelle de fonctionner. Néanmoins, ses notions de rigueur scientifique m’ont semblées plus que limitées (alors même qu’il est psychologue clinicien d’ailleurs). Ceci nuit inévitablement à la crédibilité de l’objet qu’il défend.
    Evelyne Josse est un autre problème dans la mesure où elle est restée peu diserte durant cette journée. Cependant, elle a également fait preuve d’un certain dédains quand une question de fond a été posée sur ce qu’elle avançait. Elle prétendait en effet que le travail hypnotique avait un effet sur les traumatismes (sujet brûlant depuis les cas de faux souvenirs). Elle a préféré ne pas répondre à la question en disant que cela faisait partie de la formation et que la réponse viendrait ultérieurement. Démarche bien peu scientifique elle aussi.

    Juste pour la précision, il existe des méthodes d’exposition par l’imagination au sein des TCC. J’espère que ta vision de l’hypnose finira par s’imposer et que cet outil continuera d’être testé pour en connaître les indications les plus utiles.

    Répondre
  8. Jérémy Royaux
    Jérémy Royaux dit :

    d’accord avec toi …

    concernant les APs (et les masters en psycho qui ne se tiennent pas informés) je suis aussi d’accord que je suis plus une exception que la norme, malheureusement…

    espérons que cela évolue

    Quand à l’hypnose par rapport aux traumatismes, un des principaux outils reste l’exposition en imagination, après avoir appris à se sentir en sécurité sous hypnose, et avec modification progressive des souvenirs

    en TCC on fait un +- la même chose , c’est juste moins connu

    et l’EMDR fait en grande partie la même chose aussi

    au final on peut dire , je pense, que la principale méthode à l’heure actuelle pour le traitement des traumatisme utilise consiste à revivre et retravailler les souvenirs traumatiques d’une manière sécurisante… Qu’on la fasse en TCC, en hypnose, en EMDR, je suis pas sur que ça change grand chose. A mon avis on pourrait même faire ça avec de la méditation, ou du yoga, ou de la musique et que sais je encore 😉

    Cordialement,

    Répondre

Trackbacks (rétroliens) & Pingbacks

    Répondre

    Se joindre à la discussion ?
    Vous êtes libre de contribuer !

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *