Thérapies comportementales et cognitives : quelle utilité ?

Connaissez-vous les thérapies comportementales et cognitives, autrement appelées TCC ? Si vous vous intéressez à la psychologie ou la psychothérapie, il y a des chances, car c’est une méthode qui devient de plus en plus populaire, mais pourtant réservée qu’aux universitaires, médecins, psychologues…

Elle a en effet montré d’excellents résultats sur certains troubles. Mais à quoi servent les thérapies comportementales et cognitives ? Que sont-elles ? Est-ce vraiment efficace ?

Pour parler de ça, je retrouve Jérémy Royaux, diplômé en psychologie clinique et hypnothérapeute, qui connait bien les thérapies comportementales et cognitives.

 

N.B : Il existe, dans le milieu scientifique, quelques critiques sur les TCC, comme il existe des études soulignant leurs qualités. Je vous invite à vous renseigner un maximum afin de vous faire votre propre avis, comme par exemple en lisant cette méta-étude (anglais). J’ai voulu vous faire découvrir une thérapie que je trouve intéressante.

 

Les thérapies comportementales et cognitives, l’interview de Jérémy Royaux

 

Dans cette vidéo, vous verrez :

– Ce que sont les thérapies comportementales et cognitives, et à quoi servent-elles.

– La validité scientifique des TCC.

– Quels troubles peut traiter les TCC

– Comment choisir un bon thérapeute

– Un petit apparté sur l’EMDR

– L’importance du lien thérapeutique dans le soin

– Les « jeux de rôles », exercices que l’on retrouve dans les TCC

 

Voici un tableau résumant l’efficacité des TCC comparée à d’autres formes de traitements selon la pathologie.

PathologieEfficacité des TCCComparaison
Dysmorphophobie (obsession à l’égard d’un défaut physique)82%Plus grande efficacité des TCC par rapport à un traitement médicamenteux ou un placebo
Trouble panique77%Plus grand efficacité de TCC par rapport aux thérapies psychodynamiques, de soutien ou à la relaxation
Agressivité/colère66-69%Efficacité équivalente des TCC et des thérapies psychodynamiques, de soutien ou à la relaxation
Dépression51-87%Plus grand efficacité de TCC par rapport aux thérapies psychodynamiques, de soutien ou à la relaxation
Anxiété chez l’enfant56%Plus grande efficacité des TCC par rapport à un placébo
Fatigue chronique40-50%Plus grande efficacité des TCC par rapport aux traitements habituels
Troubles de la personnalité47%Moins grande efficacité des TCC par raport aux thérapies psychodynamiques, de soutien ou à la relaxation
Troubles anxieux généralisé46%Plus grand efficacité des TCC par rapport aux traitements habituels
Boulimie40-44%Plus grande efficacité des TCC par rapport aux thérapies psychodynamiques, de soutien ou à la relaxation
Troubles obsessionnels compulsifs (TOC)38-50%Pas d’éléments de comparaison avec d’autres thérapies

Source : « Pooled meta-analytic response rates for CBT versus other conditions across disorders » et sa traduction dans Le Cercle Psy n°12, p.43

A lire : Le Cercle Psy, TCC : les meilleures thérapies ? mars/avril/mai 2014, n°12.

 

Qui est Jérémy Royaux ?

Jérémy Royaux

Jérémy Royaux

Diplomé en psychologie, Hypnothérapeute, Zététicien.

Diplômé en psychologie clinique, Jérémy Royaux exerce en Belgique l’activité de thérapeute. Il utilise pour cela l’hypnose, mais aussi les TCC (Thérapie Comportemental Cognitive) et fait partie de l’Observatoire de Zététique, qui oeuvre pour une démarche, un scepticisme et un esprit critique scientifique

Suite à une licence en sciences humaines, je me suis intéressé à la communication non-verbale. C’est à la suite de quelques erreurs de parcours que j’ai pu voir à quel point la communication était peu vulgarisée et qu’il était facile de faire la promotion de pseudosciences dans les médias. Plutôt autodidacte, j’aime écrire, faire des vidéos et des conférences.
Mon profil Google+
15 réponses
  1. Sylvain
    Sylvain dit :

    Bonjour,

    J’ai une question, quelle est la différence entre les TCC et la PNL. Je n’ai pas de grandes connaissances en psychologie, mais j’ai suivi une formation légère (5 jours) en PNL et on y retrouve ce coté actif du patient à travers des jeux ou des exercices. De plus en PNL on reprend souvent en exemple d’application le livre de Laurent Gounelle « Les dieux voyagent toujours incognito. » qui de mon point de vue est un recueil de « défis » à effectuer tous les jours.

    Sylvain.

    Répondre
    • Xavier Ristat
      Xavier Ristat dit :

      C’est un bonne question.

      Brièvement :
      – Les TCC sont inscrits dans une démarche thérapeutique que j’appellerai « sérieuse », à savoir qu’il faut être médecin, psychologue, ou autre métier de la santé pour pouvoir faire la formation et se dire praticien en TCC. La PNL, n’importe qui peut faire la formation s’il peut se la payer.
      – Les TCC, globalement, sont reconnues comme efficace selon les études (tout dépend ce qui est mesuré). Je vous renvoie vers l’étude que j’ai mis en lien dans l’article. La PNL est par contre très critiqué et souvent comparé à une pseudo-science. Taper « PNL critiques » sur google et vous aurez des articles de ce genre : http://www.pseudo-sciences.org/spip.php?article153
      Yves Winkin, entres autres, a part exemple longuement travaillé sur la PNL sans lui trouver de réelle validité.

      Cela répond en partie à votre question Sylvain ? (désolé de ne pas détailler plus, je préfère vous mettre des sources pour que vous vous fassiez votre idée par vous-même)

      J’aimerai aussi dire que j’ai reçu mails et commentaires me reprochant d’être un anti-pnl et d’être particulièrement intolérant. C’est faux !
      Je ne fais que de la vulgarisation des sciences de la communication et de la psychologie, et en tant que tel, et par honnêteté intellectuelle, je me dois de faire part des études qui valident ou non certaines disciplines.
      La PNL n’est pas validé.
      Les TCC sont pour le moment reconnues (il existe quand même quelques études négatives, d’où ma nota bene dans l’article).

      Répondre
  2. Jérémy Royaux
    Jérémy Royaux dit :

    Hello Sylvain.

    La pnl a un gros point commun avec les TCC. Ces deux approches sont cognitivistes, ce qui veut dire qu’elles proposent des outils pour activer changer les croyances, les valeurs, les idées des gens.

    La différence majeure est que la PNL est née en dehors de l’université, crée par des gens n’étant pas psychologues, mais plus des commerciaux ayant pour but d’inventer une thérapie.
    Le résultat est qu’ils n’ont jamais appliqué une démarche scientifique. Certains aspects théoriques de la PNL sont bien, d’autres sont très mauvais et invalidés par la science. Au niveau des outils, pareil, il y a du très bon et du très mauvais

    les TCCs se basent sur la psychologie scientifique, et donc chaque aspect de la théorie est pensée en fonction des connaissances scientifiques actuelles. Les protocoles de traitements sont eux aussi testés et validés, ce qui permet une évolution au fil du temps vers des protocoles plus efficaces

    voila en gros la différence.
    si tu veux plus d’infos, tu peux lire la page Wikipédia FR sur la PNL. Elle est super détaillée, et d’une grande qualité, précisant en même temps les problèmes de la PNL et ses avantages

    cordialement,

    Répondre
  3. Sylvain
    Sylvain dit :

    Merci à vous deux pour vos réponses.

    Cela m’éclaire un peu plus. Comme je le disais j’ai fait plusieurs formations en PNL (2 jours puis 5 jours) avec pour objectif personnel une amélioration de mes compétences de communications. Et j’y ai découvert l’aspect thérapeutique, mais personnellement la théorie me parle mais les outils très peu, j’ai un esprit très cartésien et tout ce qui touche au mental (et plus particulièrement le conditionnement) n’arrive pas à me convaincre. Enfin bref j’avais au moins trouvé cela plus abordable pour un presque néophyte que l’analyse transactionnelle.

    En tout cas merci pour vos réponses.
    Sylvain.

    Répondre
    • Xavier Ristat
      Xavier Ristat dit :

      Si vous vous intéressez à la thérapie, regardez du coté de Carl Rogers, vous y trouverez votre bonheur. Je n’utilise pas la PNL ni l’analyse transactionnelle, et je m’en sors très bien ! Beaucoup d’universitaires ont planché là dessus et ont des outils intéressants. Par contre, il faut savoir chercher 🙂

      Répondre
  4. Sylvain
    Sylvain dit :

    Merci. Pour être honnête je ne m’intéresse pas spécialement à la thérapie, mais plus à la communication (d’ou le suivi de votre blog 😉 ) et la psychologie pour comprendre la façon de pensé des autres et la mienne en passant.

    Sylvain.

    Répondre
  5. Jean Luc MONSEMPES
    Jean Luc MONSEMPES dit :

    Bonjour Jérémy
    Pourquoi les adeptes d’une approche thérapeutique se ferment autant à ce qui n’appartient pas à leur pratiques, ou à ce qu’ils ne connaissent pas ? Votre commentaire critique sur la PNL est difficile à rattacher à une démarche, un scepticisme et un esprit critique scientifique. Pour rétablir les faits, la PNL est née à l’université de Santa Cruz (CA), et elle a été créée par un linguiste et un mathématicien, tous deux psychologues, sous le parrainage de Gregory Bateson (qui n’était pas un commercial !) à partir d’une méthodologie de recherche inhabituelle en science humaine : celle de la grammaire transformationnelle de Noam Chomsky appliquée aux schémas de langage de Virginia Satir. Il est vrai que par la suite, la PNL a été « détournée » de son milieu universitaire et vulgarisée pour connaître un succès à la hauteur des critiques qu’on lui attribue. Considérer qu’il faut être médecin, psychologue, ou autre métier de la santé pour faire des choses « sérieuses » est une distorsion de la pensée dirait Virginia Satir.
    Merci d’avoir ouvert ce lieu d’échange et surtout cette boite de dialogue
    Dr Jean Luc Monsempès

    Répondre
    • Xavier Ristat
      Xavier Ristat dit :

      Bonjour Jean-Luc,

      Merci de votre commentaire.
      Je me permets à mon tour de revenir sur ce que vous venez de dire, à savoir la source universitaire. Je reprendrai pour cela une citation de leur créateur :
      « Nous ne sommes pas des psychologues, nous ne sommes pas non plus des théologiens ou des théoriciens. Nous n’avons pas d’idée à propos de la nature « réelle » des choses, et cela ne nous intéresse pas particulièrement ».
      Dans mon cas, ma critique de la PNL, qui n’est en rien un rejet total (certains de mes amis sont praticiens PNL) vient pour les dérives que vous citer, et par le total manque de remise en cause de certains enseignements (les cadrants du regard pour ne citer que le plus connu, ou bien le cerveau triunique).
      D’ailleurs, même si leurs bases peuvent être considéré comme valable, ce n’est pas l’entourage de leurs créateurs qui donne une valeur à leur discipline. Il y a eu de nombreuses recherches sur la PNL, je citerai celles de Yves Winkin par exemple, qui invalident beaucoup de leurs théories.
      Et quand on observe certains praticiens, comme vous le souligner, il n’est pas rare de voir raccourcis et théories contradictoires se mélanger. Bref, la science évolue chaque jour, et à mon sens, elle n’a pas besoin de la PNL, il suffit de chercher un peu pour avoir toutes les infos nécessaires sans pour autant avoir besoin de s’acheter l’appartenance à une discipline (je parle en connaissance de cause 😉 ).

      Merci pour votre retour, j’ai fait passer le mot à Jérémy s’il souhaite lui aussi vous répondre.

      Répondre
  6. Jérémy Royaux
    Jérémy Royaux dit :

    cher monsieur,

    après la réponse de Xavier, je n’ai pas grand chose à rajouter

    il serait idiot de tout rejeter dans la PNL, j’en utilise moi même certains outils (les sous modalités par exemple, pour le travail sur les souvenirs de trauma en hypnose)

    le souci est ailleurs :

    la théorie est bancale depuis le début. Si vous allez lire les bases théoriques de la PNL et que vous allez lire la « source », vous verrez que ce qui est récupéré dans la PNL est très simpliste. La modélisation de Virginia Satir intègre bien peu d’aspects systémiques alors qu’elle est une des fondatrices du courant. Les aspects théoriques empruntés à Chomsky sont hyper simplistes également. Le sois disant lien à Palo Alto et à Bateson tient en quelques lignes également. Ils ont récupéré beaucoup de Milton Erickson par contre, surtout du coté de l’hypnose mais là aussi la vision d’Erickson était assez différente de la vision PNListe de l’hypnose… Bref un gros patchwork souvent superficiel… En soi ça n’aurait pas été trop grave si ces théories avaient évoluées avec le temps. Mais il n’en est rien.
    encore aujourd’hui, des théories PNL invalidées sont enseignées et répétées par cœur par de nombreux pnlistes (comme la théorie des mouvements oculaires). Cette théorie a été abandonnée par Bandler lui même dans les années 80 car elle a été démontée par plusieurs études mais pourtant on continue à l’enseigner. Et il y a pleins d’autres exemples du style

    que dire de l’aspect hyper commercial de la PNL , présent dans certains livres de Bandler lui même? Et présent dans tout le courant (jusqu’à utiliser le terme de MASTER en PNL pour des gens qui ont suivi 3*15 jours de formation, le comble du marketing malhonnête) . La PNL est une machine a fric qui crée des thérapeutes à la chaîne. De très mauvais thérapeutes, persuadés qu’ils peuvent en 3 coup de swish et de recadrage changer la vision du monde des gens ou faire disparaître une phobie. Les thérapeutes expérimentés savent bien que c’est du vent ( y compris les bons pnlistes car il y en a aussi qui sont excellents). Que dire des nombreuses dérives de la PNL? Il suffit de taper pnl sur google ou youtube et vous trouverez en 15 minutes pleins de trucs plus ridicules les uns que les autres… Entre le mec qui prétend échapper à une amende de police grâce au pouvoir de la PNL en « parlant  » ) un policier, ou encore des pseudo thérapeutes qui vous expliquent qu’on traite le trouble X en 1 séance facilement, que dire?
    Que dire aussi du total manque d’intégration des nouvelles connaissances en psychologie? La pnl n’intègre casi rien de la psychologie scientifique et devient donc de plus en plus dépassée
    Que dire aussi des chefs de file actuels, du genre de Robert Dilts, qui ont des idées proche de la secte de la biologie totale / nouvelle médecine germanique et qui les expliquent clairement dans leurs livres? (le cancer n’est que psychologique)

    bref, il y a de nombreux éléments pour dire que la PNL est une pseudoscience marketing new âge … On peut aussi y trouver de bons outils et de bons praticiens mais c’est clairement pas dans les instituts de formation en PNL qu’ils le sont devenus

    la PNL a encore un dernier point positif, sans doute le plus intéressant :
    c’est la seule méthode thérapeutique qui travaille de manière directe sur les cognitions (modifications des valeurs, des croyances,…) avec les TCCs
    et comme beaucoup de gens n’ont pas accès aux formations TCCs, ils ont été vers la PNL et ils ont raison

    avec tout ce que j’ai dit de négatif, si vous êtes thérapeute et n’avez pas accès aux TCCs mais que vous êtes intéressé par le travail cognitif, on peut trouver des choses intéressantes en PNL et ils ont bien développé cet aspect là. Leur méthode est très proche de celle des TCCs

    je vous proposerai aussi de lire la page wikipédia FR sur la PNL
    elle a été en grande partie écrite par un PNListe très compétent et nuancé qui a fourni un énorme travail pour y indiquer les points négatifs et positifs de la PNL de manière plus nuancée que ce qu’on trouve dans les articles « à charge »

    cordialement,

    Répondre
  7. Jean Luc MONSEMPES
    Jean Luc MONSEMPES dit :

    Bonjour Xavier
    En effet les créateurs de la PNL ont bien dit qu’ils n’étaient pas psychologues. Dans les faits, Bandler a un BA (1973) en philosophie et psychologie de l’université de Santa Cruz (UCSC) et un MA (1975) en psychologie du collège de Lone Mountain, Dans le livre « the origins of NLP » John Grinder révèle en page 139 « J’avais passé une année universitaire en tant que chercheur invité au laboratoire de George Miller à l’Université Rockefeller de New York (1969-70) et j’avais beaucoup de respect pour le travail de Miller. » Ce qui me surprend c’est d’avoir longtemps caché cette filiation cognitiviste. Peut être pour des raisons de positionnement marketing ?
    En ce qui concerne le phantasme de la détection du mensonge par les mouvements oculaires, Grinder et Bandler se sont prononcés plusieurs fois pour dire qu’il n’y avait aucun lien. Il a fallu en effet une recherche Britannique pour démonter une croyance populaire véhiculée probablement par des gens bien mal formés sur la PNL. Il est probable que Yves Winkin dans son « éléments pour un procès de la PNL » de 1989 (que je n’ai pas lu), n’avais pas accès aux documentations maintenant abondantes sur la PNL
    Je suis attaché comme vous le semblez aussi à des approches pluridisciplinaires de la psychologie humaine, car je pense qu’il y a de l’excellence (et aussi des limites) dans la plupart de ces approches. Mais j’ai tendance à réagir autant aux idées naïves et simplistes de ceux qui défendent une approche (PNL ou autre) qu’aux faits inexacts de ceux qui critiquent sans nuances une approche (PNL ou autre) dont ils n’ont une connaissance que théorique.
    Merci de cet échange
    Jean Luc Monsempès

    Répondre
  8. Jérémy Royaux
    Jérémy Royaux dit :

    Jean Luc : La liste que vous avez partagé est un peu « mensongère » malheureusement
    les 3/4 des études qu’elle contient n’ont que peu de rapport avec la PNL
    souvent il y a un concept pnl d’un coté, puis des études qui ont un vague rapport de l’autre
    l’article s’intitule : « This table lists references and abstracts for positive, direct and indirect published research for NLP. A »

    Ce qui est mensonger en fait vu que ces études ne sont pas du tout liées à la PNL pour les 3/4

    Il ne suffit pas de lister un concept genre méta modèle puis de mettre à coté des études qui n’ont qu’un vague rapport avec le concept pour prouver quoi que ce soit
    cela dit c’est bien de répertorier les études sur la PNL

    Autre problème de cette liste : elle ne publie que les résultats positifs, elle est donc d’emblée biaisée
    pour les accès oculaires et leur signification, il y a une tonne d’études qui les ont invalidés et elles ne sont pas citées évidemment

    Sinon pour la filiation cognitiviste, vous avez raison, c’est étrange qu’elle ne soit pas citée, pourtant c’est un des meilleurs « piliers » de la PNL 🙂

    Vous dites aussi qu’il y a « des gens mal formés en PNL ». Je veux bien vous croire, et c’est une part du problème car ils semblent très nombreux

    A coté de cela, vous ne trouverez personne qui est « mal formé aux TCCs » par exemple. Car ils ont tous en gros la même formation que ça soit en France ou en Belgique. Les protocoles étant validés scientifiquement et enseignés partout.

    Je vous rejoins bien sur sur la nécessité de ne pas se limiter à une seule approche car même si demain on créait une approche qui travaille parfaitement bien tous les aspects importants, il y aurait toujours une question d’affinité, de gout personnel de chaque patient et rien que pour cela il faut un minimum de diversité

    Cordialement,

    Répondre
  9. Jean Luc MONSEMPES
    Jean Luc MONSEMPES dit :

    Bonjour Jéremy
    Merci pour vos réponses et j’y apporte quelques distinctions, puis qu’il parait que c’est un des domaines de compétences de la PNL. Et vous dite vous même qu’il serait idiot de tout rejeter dans la PNL

    Si vous mettez en cause la PNL pour son manque de théories validées scientifiquement, vous avez raison car la PNL n’a pas de théories. Elle repose sur un certain nombre de présupposés (des fictions dirait Vahinger) dont l’utilité pour le changement humain est bien plus importante que sa véracité. Un modèle PNL n’a pas pour fonction d’être vrai, mais d’être utile à son bénéficiaire. Et si vous considérez qu’un manque d’explications scientifiques (une théorie bancale) ne peux pas donner lieu à une réelle efficacité clinique (ce que vous n’avez pas dit) je ne partage pas votre point de vue.

    Si vous dite que la PNL à sa source a plus modélisé la structure linguistique que systémique de Virginia Satir, je suis d’accord avec vous, ce qui ne dévalorise en rien le travail de Grinder et Bandler qui a donné naissance au méta-modèle de la PNL

    Si vous mettez en cause l’aspect hyper commercial de la PNL, ses dérives et l’absence de cadrage professionnel de l’utilisation de la PNL, je vous donne entièrement raison, car je suis le premier partisan d’un enseignement plus professionnel des outils et modèles de la PNL (et bien d’autres approches)

    Si vous pensez que Robert Dilts a des idées proches « de la secte de la biologie totale ou de la médecine germanique », vous donnez à ce dernier une bonne matière à rire (j’en suis témoin). Ces liens entre PNL et biologie totale que certains enseignent et que je critique avec vous, n’ ont à ma connaissance rien à voir avec le travail de Robert DILTS.

    Si vous considérez que la PNL est dépassée car elle n’intègre rien de la psychologie scientifique, je ne partage pas votre point de vue car les neurosciences ont tendance à valider de plus en plus les idées bancales de Grinder et Bandler.

    Et si vous pensez que ce n’est pas l’outil (PNL, TCC, AT, Systémique, psychanalyse …) qui fait le bon thérapeute, mais plutôt la qualité de la relation entre les personnes, je suis entièrement d’accord avec vous. Et dans ce cas le débat de la supériorité d’une méthode par rapport à une autre n’est que pure distraction, mais dans laquelle je tombe facilement. Je réagis devant les critiques généralisées (et non spécifiques) d’une méthode particulière ou de son auteur; Les critiques parlent plus, comme vous le savez, de celui qui critique que de l’objet de la critique. Enfin je suis d’accord avec vous sur la valeur informative des pages PNL de Wikipédia qui ont en effet été rédigées par un PNListe compétent et nuancé et je vous remercie de penser qu’il en existe. Merci de m’avoir donné l’occasion de cet échange
    Jean Luc Monsempès

    Répondre
    • Xavier Ristat
      Xavier Ristat dit :

      Petit rappel sur Winkin : il a lui aussi travaillé avec Bateson, Goffman, et fait partie du courant de Palo Alto. Je pense du coup qu’il a lui aussi non seulement les bases, les relations et les connaissances pour avoir un avis sur la question 🙂

      Répondre
  10. Jean Luc MONSEMPES
    Jean Luc MONSEMPES dit :

    OK, Jérémy, vous voulez dire que les études de la page « This table lists references and abstracts for positive, direct and indirect published research for NLP. A » sont mensongères et biaisées car le contenu est en accord avec son titre, et que ce dernier témoigne de l’insuffisance des preuves directes d’efficacité ? Si vous regardez sur les pages du même site vous trouverez une bonne revue des critiques « scientifiques » de la PNL Si vous voulez des listes « mensongères » qui prétendent dire la vérité sur la PNL, je peux vous en donner également. Vous savez comme moi que quand quelqu’un est « amoureux » d’une méthode, tout argument qui pourrait mettre en cause sa vérité ne fait que la renforcer.
    Sachez une fois de plus que ce qui m’importe est bien plus de réagir aux généralisations abusives et non nuancées qui discréditent une méthodes ou des personnes, qu’à défendre la PNL (une approche que j’apprécie parmi d’autres), les TCC…etc. La critique utile est un art qui nécessite beaucoup de discernements.
    Cordialement
    Jean Luc Monsempès

    Répondre

Trackbacks (rétroliens) & Pingbacks

    Répondre

    Se joindre à la discussion ?
    Vous êtes libre de contribuer !

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *