estime de soi et confiance en soi

Estime de soi et confiance en soi : quelle différence ?

Dans mon précédent article, je parle brièvement de l’estime de soi, comme une composante essentielle de la confiance en soi. Hors, ces deux termes sont souvent confondus, mais ils sont pourtant bien différents. La confiance, tout autant que l’estime, est visible sur le langage corporel. Plutôt qu’essayer de cacher ces signes, il faut travailler à la source.

Voici donc un article « hors série » pour vous expliquer les mécaniques de l’estime de soi.

.

L’estime de soi, qu’est ce que c’est ?

Tout simplement : c’est la façon de se voir, aussi bien en positif qu’en négatif. Quelqu’un ayant une estime de soi basse aura tendance à se dénigrer, à se trouver laide et incompétente, et à ne se donner aucune chance.

Généralement, l’estime de soi dépend de notre éducation : les enfants martyrisés et violentés, aussi bien physiquement que verbalement, auront une piètre opinion d’eux-mêmes. C’est par la résilience qu’il pourront la plupart du temps dépasser ce stade.

La société nous véhicule aussi une image de perfection, par les magazines de mode ou par le cinéma, et l’on se prend à se comparer avec ces nouvelles « idoles ». A défaut de leur ressembler, on se dit qu’on ne leur arrive pas à la cheville… Certaines « maladies », comme les troubles alimentaires (anorexie, boulimie…) sont la résultante d’une estime de soi brisée.

Voici une vidéo sur l’estime de soi, expliquée par Christophe André (dont je vous conseille les livres passionnants) :

L’estime de soi, c’est avant tout trois facteurs :

 

1 – L’amour de soi

S’aimer soi-même dépend fortement de l’amour qu’on nous porte. Il est en effet bien plus difficile de s’apprécier si personne ne nous envoie des signes d’attachements ! C’est le rôle des proches, surtout durant l’enfance (et pour le reste de la vie aussi), de montrer confiance, respect et amour. Un parent dénigrant son enfant aura plus de chance de provoquer une chute d’estime que s’il avait montré plus de compassion.

J’ai rencontré une jeune fille souffrant de troubles alimentaires, qui me confia qu’elle n’avait aucun amour pour elle-même. Elle subissait depuis des années les quolibets de ses camarades de classe sur son poids.

Les personnes qui ont tendance à ne pas s’aimer soi-même ont par la suite l’habitude d’avoir un « bouclier » : ils ne peuvent comprendre qu’on puisse les aimer. L’amour de soi est la partie la plus dur à retravailler, mais ce n’est pas impossible.

 

2 – La vision de soi

Se connaître soi-même est souvent la quête de toute une vie. Nous sommes des êtres de qualités, mais aussi de défaut, et la personne ayant une mauvaise vision de soi aura tendance à ne voir que les défauts… voire à les inventer !

Ce sont ce que l’on appelle les complexes. Eléments physiques ou psychologiques, ils sont mis en avant comme justification à l’échec, ou au refus de l’action.

Les personnes ayant une mauvaise vision de soi auront aussi tendance à s’effacer plus facilement, à faire ce qu’on attend d’eux. C’est ainsi que l’on voit beaucoup d’étudiants s’inscrire dans des filières qui ne les intéressent pas juste pour satisfaire le désir familial : il ne peuvent se projeter ailleurs.

 

3 – La confiance en soi

Le palier suivant qui fait l’objet de mon dossier, je ne rentrerai donc pas dans le détail ici. Je résumerai brièvement cette partie sur la capacité à croire en nos actes, et à rebondir sur nos échecs, les relativiser.

Pour illustrer cela, deux schémas, l’un décrivant le cercle vertueux d’une bonne estime de soi, et le suivant montrant le cercle vicieux d’une mauvaise estime de soi (cliquez sur les images pour les agrandir) :

estime de soi et confiance en soi
estime de soi et confiance en soi

 .

Améliorer estime de soi et confiance en soi

Vous l’aurez sans doute deviné, cultiver son estime de soi demande à travailler aussi bien son rapport avec soi-même qu’avec les autres, et aussi son rapport avec ses actes. Ces parties seront l’occasion de précisions lors de prochains articles

 

  • Rapport avec soi-même

    • Se connaitre (Travaillez votre connaissance de vous-même)

    • S’accepter (Assumez vos qualités et vos défauts et pourquoi pas les travailler)

    • Être honnête avec soi (Évitez le déni de vos émotions)

  • Rapport avec les autres

    • S’affirmer (Dites ce que vous pensez avec calme et tact)

    • Être empathique (« Je comprends ce que tu veux dire, même si je ne suis pas d’accord »)

    • Travailler sa sociabilité (Soyez ouvert aux nouvelles amitiés sociales et professionnelles)

  • Rapport avec ses actes

    • Agir (Ne soyez plus passif aux événements, provoquez les)

    • Être moins critique avec soi-même ( Arrêtez de vous trouver des excuses pour ne pas agir)

    • Accepter l’échec (Faites vous à l’idée que vous échouerez un jour ou l’autre, mais que cela sera une expérience enrichissante, pas une fatalité !)

 

Le sujet est bien entendu ici brièvement survolé, mais c’est un domaine qui me passionne fortement, nous aurons donc l’occasion d’y revenir.

Considérez-vous que vous avez une bonne estime de vous-même ? Quelle différence faites ou faisiez-vous entre estime de soi et confiance en soi ?

Donnez-moi votre avis et expérience dans les commentaires pour me permettre de mieux vous aider dans mes interventions.

Recevez le guide "Aborder le langage corporel en 7 principes"

Image livre

.

Procurez-vous ce livret qui va vous permettre :

 

  • De bien débuter la compréhension du non-verbal
  • D'éviter  les pièges courants
  • D'aborder une démarche plus scientifique

 

Complétez juste les champs ci-dessous et cliquez sur le bouton "Télécharger" pour recevoir votre livret (pdf) gratuit

 

 

Vos données restent confidentielles et aucun spam ne vous sera envoyé.
10 réponses
  1. Stephanie Lezziero
    Stephanie Lezziero says:

    C’est très interessant comme article. J’ai des gros soucis d’estime de soi mais je me soigne depuis plusieurs années, c’est une démarche assez longue à faire car lorsque le manque d’estime de soi est vraiment installé on a tendance en plus à développer plein d’angoisses qui nous empêche d’avancer. On a tendance aussi lorsque l’on a de la fatigue à ce que les vieux démons reviennent…
    Pour ma part malgré une thérapie qui m’aide beaucoup je n’arrives pas à me débarrasser totalement de ce manque de confiance en moi mais, je ne sais pas si j’arriverai à m’en débarrasser définitivement, le temps est surement mon allié mais aujourd’hui, je vais mieux c’est sur.

    Encore merci pour cette article.

    Répondre
      • Stéphanie Lezziero
        Stéphanie Lezziero says:

        Alors ce qui m’a bloqué, c’est que mon problème de confiance en moi date de l’enfance et que mine de rien les vieux mécanisme ont la peau dure. J’étais vraiment persuadé d’être bonne à rien car à force que l’on te le répètes tu finis par le croire, le tout a été accentué lorsque j’ai été victime de harcèlement moral sur mon lieux de travail s’en est suivi une dépression. J’avais 27 ans à l’époque et je me suis dit que je pouvais plus vivre comme ça m’avait épuisé moralement et réduit à néant tout esprit d’initiative (puisque je pensais que c’était voué à l’échec).
        J’ai commencé une thérapie avec une psychologue sous le prétexte que je n’arrivai pas à avoir mon permis de conduire, au fur et à mesure des séances j’ai compris avec son aide que j’avais un gros problème d’estime de moi et que cela remonté à l’enfance.
        J’ai eu eu assez d’avoir peur de vivre car le manque d’estime de soi cristallise beaucoup les peurs, je me suis mis à être plus sociable et je me suis autorisé à penser que moi aussi je pouvais avoir des ambitions et avoir ma place quelque parts. Je suis ouverte aux autres, sans pour autant qu’ils m’envahissent pour que je puisse enfin faire porter ma voix.

        Je sais pas si j’ai été très claire dans ma réponse c’est pas très évident de mettre ses ressentis et ses émotions par écrits, je m’exprime mieux par la parole ou par le dessin :)

        Répondre
        • Xavier Ristat
          Xavier Ristat says:

          Sisi, tout est clair :)

          Nos problèmes d’estime de nous viennent très souvent de l’enfance, et se cristallisent dans l’adolescence et le début de la vie adulte. Ce qu’a du faire ta thérapeute, si je ne m’abuse, c’est te faire comprendre en quoi ces éléments peuvent te forger en bien et non en mal. C’est à partir de là qu’on peut se permettre de rebondir et d’aller de l’avant (entres autres) !

          Répondre
  2. Christiane
    Christiane says:

    Absolument, ce thème m’intéresse, nous sommes tous concernés !
    Ne serait-ce que pour progresser, nous bonifier …
    Merci Xavier

    Répondre

Trackbacks (rétroliens) & Pingbacks

  1. […] Quelle différence faites-vous entre estime de soi et confiance en soi ? Avez-vous une bonne estime de vous-même ? Comment retrouver une bonne estime ? (Estime de soi et confiance en soi : quelle différence ?  […]

  2. […] • Avez-vous une bonne estime de vous-même ? […]

  3. […] différence entre l’estime et confiance en soi ? Nous avons pu le voir dans un précédent article sur l’estime, mais pour faire simple, celle-ci est lié au fait de posséder, d’avoir des qualités, et la […]

  4. […] • Avez-vous une bonne estime de vous-même ? […]

Répondre

Vous souhaitez vous joindre à la discussion ?
N'hésitez pas !
Add Comment Register



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>