congruence

La congruence : une définition de l’authenticité

Mon titre est en parti erroné : on ne peut donner une définition de congruence en la résumant à l’authenticité et vice-versa. Pour revenir plus en détail sur l’authenticité, je vous renvoie sur un précédent article : être assertif, c’est être authentique.

Je vais donc m’attarder sur la définition de congruence, notamment sur la vision et la pratique de Carl Rogers, psychologue américain, que j’ai découvert récemment grâce à Gladys Raffin. Une pratique que j’avais adopté presque d’instinct.

Je vais donc vous montrer ce qu’est la congruence et ce qu’elle peut apporter à la communication.

 

La définition de congruence

En psychologie, la congruence a donc été mis en évidence par Carl Rogers, qui a développé la psychologie humaniste en centrant sa pratique sur la relation entre le thérapeute et son patient. Son approche centrée sur la personne s’appuie sur 3 axes: la congruence, l’empathie et la considération positive. Mais nous reviendrons sur ces 3 points plus bas, revenons à notre définition de congruence.

La congruence est l’alignement entre ce que l’on est, ce que l’on fait, ce que l’on dit. On ne peut le résumer à une absence de paradoxes entre le langage verbal et non-verbal (comme je l’avais expliqué dans l’article sur la double contrainte). La congruence est une démarche bien plus interne, qui correspond à nos valeurs, et ce que nous faisons pour satisfaire et défendre ces valeurs. En thérapie rogérienne, cela correspond à un thérapeute qui refuse de ne rien renvoyer de sa personne sur son patient. De la même manière, la congruence en communication doit nous permettre de nous affirmer et d’être en accord avec ce que l’on est : « je dis ce que je fais, je fais ce que je dis » comme pourrait le résumer l’expression. D’ailleurs, on pourrait expliquer en parti le charisme par la présence d’un comportement congruent.

Nul besoin de se cacher derrière un masque ou de fausses qualités, la congruence permet un « rayonnement » de communication bien plus efficace que tout les « trucs et astuces » de communicants, mais elle implique une réflexion sur soi, une cohérence interne. Par conséquent, être congruent nous amène à être authentique… Mais on n’est pas forcément congruent lorsque l’on est seulement authentique !

Si vous souhaitez approfondir l’approche thérapeutique de Carl Rogers, voici un article sur l’authenticité, la congruence et la transparence.

 

Empathie et considération positive

Les deux autres points de la réflexion rogérienne s’axent sur l’empathie et la considération positive.

J’ai déjà parlé de l’empathie, mais je vais y revenir brièvement. La force de l’empathie n’est pas de se mettre à la place de l’autre (comme c’est le cas d’une nouvelle mode dont vous trouverez un exemple dans cet article de Sébastien Bohler), mais de comprendre la position de l’autre, de son point de vue, et d’agir pour améliorer la condition de l’autre.

En ce qui concerne la représentation positive, il s’agit d’une part de ne pas être en position de jugement. Dans mes formations, j’appelle cela « l’a-priori du doute positif ». Pour vous représenter cela, rien de meilleur qu’un exemple : vous vous êtes surement dit, à un moment ou un autre, qu’une personne était « conne » (appelons un chat un chat) alors que vous ne lui aviez qu’à peine parlé. Réaction humaine de surcroit quand une personne vous montre de l’hostilité ou de l’irrespect. Or, si l’on applique « l’a-priori du doute positif », on réfléchit sur ce qui peut pousser la personne à avoir un tel comportement, voir même quelle est son intention positive. Ainsi, une personne qui ne vous rend pas l’argent que vous lui aviez prêté il y a quelques mois… a peut-être tout simplement oublié ! Et ne cherche pas forcément à vous nuire, jusqu’à preuve du contraire.

La représentation positive, c’est un peu cela : ne pas partir dans un jugement de valeur, accepter la personne telle qu’elle est, tant qu’elle n’atteint pas le seuil de l’irrespect et de la nuisance à autrui.

 

Pourquoi être congruent ?

Quand je donne la définition de congruence et d’authenticité, on me dit souvent « il est impossible pour moi/dans mon travail d’être authentique et congruent. Cela signifie une mort sociale ». C’est peut-être ma faute : je dois mal me faire comprendre, car être congruent ne signifie pas dire la vérité brut. Cela implique au contraire de faire preuve d’empathie et de savoir comment dire cette vérité, en accord avec nos valeurs et celles de notre interlocuteur.

De même, je reçois a contrario une autre réflexion durant mes interventions : « nous ne sommes pas dans un monde de paix, il faut bien se défendre contre les mauvaises intentions d’autrui. On ne peut pas être bienveillant tout le temps ». Bien évidemment, nous sommes humains, et nos faiblesses ne nous permettent pas d’avoir une communication idéale 100% du temps.

Bref, la congruence nous parait impossible à atteindre.

La raison est que nous prenons le problème à l’envers : nous cherchons d’abord à travailler sur le paraître, sur les résultats. La clé de la congruence est au contraire de travailler sur nos états intérieurs.

Quelles sont les peurs qui m’empêchent d’être moi ? Comment travailler sur ma cohérence intérieure ? Comment avoir confiance en moi ?

 

Comment être congruent ?

L’un des exercices améliorant la congruence et qui donnent d’excellents résultats est le compliment. Il vous sera plus aisé de démarrer sur les sentiments positifs que négatifs. Je vous donne cette clef, le principe du blogging ne me permettant pas de vous aider à pousser la réflexion intérieure.

Tout d’abord, souvenez-vous de la définition de congruence : être en accord avec ce que l’on est, ce que l’on fait, ce que l’on dit. Donc votre compliment devra être sincère, et franc. Et il devra être exprimé simplement, sans enrobages inutiles : il ne s’agit pas de flatter l’ego, mais d’être sincère. C’est d’ailleurs un exercice utilisé dans le management : les collaborateurs sont souvent surpris de voir toutes les pensées positives que l’on peut avoir pour eux, alors que l’ils s’en trouvent souvent bien peu pour eux-mêmes.

Pourquoi faire des compliments ? Pour la simple raison qu’ils sont rares. Récemment, je discutais avec une personne m’expliquant à quelle point la communication avec son fils était difficile, mais qu’elle était très fier de lui quand même :

« Le sait-il que vous êtes fier de lui ?

– Je ne sais pas, je pense que oui, un parent est forcément fier de son enfant

– Vous ne lui avez jamais dit ?

– Non, sans doute par pudeur… »

Premier pas vers la congruence : remercier et complimenter l’autre pour ce qu’il est. Plus tard, vous serez en mesure de faire des critiques constructives en vous respectant vous-même et en respectant l’autre.

Deuxième exercice : vous complimenter vous-même, sur un point où vous semblez le plus congruent.

 

Je vous demande même de mettre ce compliment par écrit, ci-dessous, dans les commentaires : quel compliment sincère pouvez-vous vous faire ? 

Recevez le guide "Aborder le langage corporel en 7 principes"

Image livre

.

Procurez-vous ce livret qui va vous permettre :

 

  • De bien débuter la compréhension du non-verbal
  • D'éviter  les pièges courants
  • D'aborder une démarche plus scientifique

 

Complétez juste les champs ci-dessous et cliquez sur le bouton "Télécharger" pour recevoir votre livret (pdf) gratuit

 

 

Vos données restent confidentielles et aucun spam ne vous sera envoyé.
10 réponses
  1. laurence
    laurence says:

    bonjour, je viens de découvrir et comprendre ce qu’est la cogruence et j’adore reeelement ce mot qui devrait être aussi connu que bonjour, gentillesse… on devait apprendre à l’ecole cette « valeur »qui permet de passer outre le jugement. Voilà un mot dangereux ! J’ai remarqué depuis quelque temps que lorsqu’on evite de juger on se porte bp mieux ! masi ce n’est pas evidement c’est une vraie demarche !
    merci pour vos explications simples

    Répondre
  2. evelyne
    evelyne says:

    je cherchais, au hasard, une définition simple de la congruence . je suis bien tombée! en plus elle est de suite applicable! donc merci pour la générosité du partage
    je me complimente de mon désir constant de comprendre l’autre ainsi que moi-même
    encore merci

    Répondre
  3. toto
    toto says:

    Voila une définition accessible de la congruence « être en accord avec ce que l’on est, ce que l’on fait, ce que l’on dit ». Facile à retenir et à mettre en pratique.

    Le paragraphe sur l’empathie et l’attention positive m’a permis de clarifier un peu ma pensée sur ces 2 attitudes de la communication.

    Merci

    Répondre
  4. KIDE
    KIDE says:

    J’ai découvert ce terme grâce à une amie qui a voulu m’ouvrir les yeux sur mon attitude …. Depuis j’essaie d’être en congruence entre ce que je souhaite et ce que je fais. C’est un long apprentissage !!!!

    Répondre

Trackbacks (rétroliens) & Pingbacks

  1. […] La définition de congruence en psychologie est souvent méconnue, mais permet pourtant de créer la communication la plus authentique. Découvrez comment :  […]

Répondre

Vous souhaitez vous joindre à la discussion ?
N'hésitez pas !
Add Comment Register



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>