affirmation-de-soi

Affirmation de soi : pourquoi cela parait-il si difficile ?

S’il y a bien une chose que l’on n’apprend pas à l’école, c’est la communication, et encore moins l’affirmation de soi et l’assertivité. Il est maintenant communément convenu qu’il vaut mieux laisser s’exprimer les personnalités, les caractères, même difficiles. Combien de fois a-t-on entendu, ou même prononcé cette phrase : « Il/elle est comme ça, on ne le/la changera pas ! » Pourtant, comment peut-on réellement savoir cela ? Comment peut-on affirmer que la communication d’une personne correspond à l’expression authentique de sa personnalité ? Et enfin pourquoi refusons-nous si souvent de changer pour une communication plus affirmée ?

 

Les raisons d’un manque d’affirmation de soi

De récentes recherches ont montré qu’il pouvait y avoir une raison génétique à la timidité. Cependant, la timidité ne résume pas le manque d’affirmation de soi : une personne agressive n’est pas une personnalité affirmée. Repensez-y quand vous observerez un membre de votre entourage qui a tendance à trop s’imposer : ce n’est pas quelqu’un qui a trop confiance en lui, mais qui au contraire n’a pas assez confiance.

Si on s’interroge sur les raison d’un manque d’affirmation de soi, il faut chercher dans le vécu, dans le passé, dans l’éducation.

Souvenez-vous d’un enfant de votre famille, ou de votre groupe d’amis, qui commence à faire ses premiers pas. Il prends des risques, plein de curiosité, il pointe du doigt ce qui l’intéresse, et ne montre pratiquement pas la peur ou la timidité. Un enfant en bas âge est une personnalité affirmée, car pratiquement vierge de doutes, de frustrations, de craintes. Mais un enfant en bas âge est aussi une véritable éponge émotionnelle et mimétique.

Une observation simple à faire : quand un enfant chute, il aura pour premier réflexe de regarder vers les parents. Et là deux réactions possibles de leur part :

 

  • Ils vont montrer une attitude effrayée et vont se précipiter vers l’enfant pour vérifier qu’il n’est pas blessé : l’enfant va prendre peur et pleurer (et se faire consoler) et va donc relier le fait de tomber avec un sentiment de peur.

 

  • Ils vont dédramatiser la situation et rire de la situation, en motivant l’enfant à se relever de lui-même et à continuer à s’amuser : l’enfant ne va pas pleurer (à moins qu’il se fasse mal), et va associer l’échec à une situation dédramatisante.

 

 

Nous voyons ici que le non-verbal a un impact énorme sur les enfants, d’où l’importance d’être congruent pour éviter la double contrainte. Nous gardons d’ailleurs toujours en nous cette sensibilité aux messages non-verbaux !
Bien entendu, la situation idéale amenant vers une affirmation de soi est la deuxième situation. Mais cela nous montre aussi que l’affirmation de soi est un état d’esprit appris tout autant qu’une attitude non affirmée.

 

Les apprentissages de la non-affirmation de soi

Quelles sont les facteurs qui nous empêche, ou nous ont empêché de nous affirmer ? Voici une liste de certains de ces facteurs, en tenant compte que nous gardons un schéma de fonctionnement souvent identique durant toute notre vie : il nous appartient à nous, et à nous seul, de changer ce comportement, de « changer de lunettes » sur notre façon de percevoir et de nous positionner.

Nous ne nous affirmons pas à cause de :

 

  • La punition

    Dans notre passé, très certainement notre enfance, on a réprimé physiquement ou verbalement un de nos comportement. Par exemple, un enfant qui prend la parole dans une réunion d’adulte pourrait être intimé de se taire : « un enfant n’a pas à se mêler des conversations d’adultes ! »

  • Le renforcement

    Quelqu’un vous demande un service, qui ne vous arrange pas. Mais vous dites oui, car cela vous gêne de passer pour celui qui refuse tout. On vous flatte alors sur le fait que vous ayez dit oui, et renforce votre attitude de ne pas faire ce que vous voulez vous, mais ce que veulent les autres.

  • La punition et le renforcement

    Cas classique dans les salles de classes : les élèves silencieux et obéissants sont récompensés, et ils sont punis quand ils ne le sont pas.

  • L’imitation

    C’est un facteur tout autant néfaste que bénéfique. Si nos modèles d’éducation (généralement nos parents) montre des sentiments « négatifs », nous serons plus enclin à faire notre ces sentiments. Heureusement, il en va de même pour les comportements et émotions positives.

  • Le manque d’occasion

    Quelquefois, nous n’avons pas la chance de pouvoir tester et apprendre l’affirmation de soi par nous-même. Imaginez des parents étouffants et sur-protecteurs qui empêchent leur enfant de prendre ses décisions par lui-même.

  • La culture

    Les facteurs culturels ont leur importance, qui sont souvent liés à des règles de politesse, comme ne pas quitter la table, ne pas contredire un supérieur, etc… Mais derrière se cachent souvent de fausses règles ne servant qu’à brider l’affirmation de soi. Prenez par exemple ces pensées rétrogrades qui voient d’un mauvais oeil le féminisme. En quoi l’affirmation des femmes est un danger culturel ?

  • Le monde intérieur

    Il existe deux mondes. L’extérieur, celui qui est, et l’intérieur, celui que nous nous faisons. Et souvent, dans notre monde intérieur, nous sommes bercés de certitudes. Dans mon entourage personnel et professionnel, il y a une certitude qui revient tout le temps : « Le monde est pourri, et on y peut rien. Je ne suis donc pas pessimiste, mais réaliste ». C’est une croyance limitante qui empêche d’avancer et de s’affirmer : vous avez déjà vu quelqu’un disposant d’une incroyable force de confiance et d’affirmation de soi vous dépeignant le monde d’une façon fataliste ?

  • La zone de confort

    Nous avons l’impression que si nous ne tentons rien, il ne nous arrivera rien de mal. En effet, si nous ne changeons rien… il ne se passera rien. La situation de s’arrangera pas d’elle-même, aucune volonté naturelle ou surnaturelle ne fera changer le monde. Sortir de sa zone de confort, c’est se dire « je peux m’améliorer ». C’est croire que l’on ne se résume pas qu’à un empilement de défauts, mais à une avalanche de qualités

  • La méconnaissance des droits

    Pour beaucoup, s’affirmer, c’est empiéter sur l’autre. C’est montrer de l’arrogance. C’est faire preuve d’impolitesse et de respect. Ceux qui pensent cela ne connaissent pas les droits d’une personne affirmée !

 

Les droits et devoir de l’affirmation de soi

Les plus alertes d’entres vous auront remarqué que je n’ai pas mis « devoir » au pluriel. C’est tout à fait normal, en affirmation de soi, il n’y a qu’UN seul devoir. Et beaucoup de droits. Bref, que des avantages à user d’assertivité !

Vous avez le droit :

  • de vous exprimer
  • de vous tromper
  • de changer d’avis
  • de montrer vos émotions
  • de ne pas être d’accord
  • de dire non
  • de ne pas tout savoir
  • d’être différent
  • de ne pas vous sentir coupable
  • de demander de l’aide
  • de faire ses choix
  • de s’aimer pour ce que l’on est

 

 

Voyez vous d’autres droits à l’affirmation de soi ? Et selon vous, quel est l’UNIQUE devoir d’une personne affirmée ? Donnez votre réponse en commentaire, je donnerai la bonne réponse dans quelques jours.

Recevez le guide "Aborder le langage corporel en 7 principes"

Image livre

.

Procurez-vous ce livret qui va vous permettre :

 

  • De bien débuter la compréhension du non-verbal
  • D'éviter  les pièges courants
  • D'aborder une démarche plus scientifique

 

Complétez juste les champs ci-dessous et cliquez sur le bouton "Télécharger" pour recevoir votre livret (pdf) gratuit

 

 

Vos données restent confidentielles et aucun spam ne vous sera envoyé.
5 réponses
  1. Robin
    Robin says:

    Je ne voit pas d’autres droits qu’une personne affirmée peut avoir.

    Mais selon moi, son devoir est le respect de son interlocuteur, de sa pensée et de ces droits à elle.

    Est-ce bien cela ?

    Répondre
  2. Boris
    Boris says:

    Je pense qu’on a le devoir d’être congruent.

    Ps : j’ai découvert ce site il y a peu et je suis totalement sous le charme. J’apprends énormément de choses. Merci.

    Répondre

Trackbacks (rétroliens) & Pingbacks

  1. […] L'affirmation de soi est possible pour tous, car nous avons tous été à un moment de notre vie une personne affirmée. En quoi être affirmé est difficile ? (Affirmation de soi : pourquoi cela parait-il si difficile ?  […]

Répondre

Vous souhaitez vous joindre à la discussion ?
N'hésitez pas !
Add Comment Register



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>